Recherchez une actualité
07
février 2023
07
février 2023

Avec les vacances scolaires, les pistes se remplissent et les risques d’accident augmentent…

Pour que le ski demeure un plaisir et pour assurer la sécurité de chacun : découvrez un rappel des 10 règles de bonne conduite sur les pistes, édictées par la Fédération Internationale de Ski pour les pratiquants de sports de glisse.

1. Respect d’autrui

Le skieur (valable également pour le snowboardeur) doit se comporter de telle manière qu’il ne puisse mettre autrui en danger ou lui porter préjudice soit par son comportement, soit par son matériel.

2. Maitrise de la vitesse et du comportement

Le skieur doit adapter sa vitesse et son comportement à ses capacités personnelles ainsi qu’aux conditions générales du terrain et du temps, à l’état de la neige et à la densité du trafic. Pour faire simple, ne pas descendre « tout schuss » une piste en pleine vacances de février, surtout quand le skieur en question ne sait pas s’arrêter. Il faut skier en fonction de ses propres moyens et ne pas vouloir suivre à tout prix ses potes si ces derniers ont un bien meilleur niveau…

3. Choix de la direction par celui qui est en amont

Tous ceux qui sont en dessous du skieur ont la priorité. Le skieur qui se trouve en amont (du côté de la montagne) a une position qui lui permet de choisir une trajectoire. Il doit donc faire ce choix de façon à préserver la sécurité de toute personne qui est en aval (du côté de la vallée). Celui qui est en dessous n’ayant pas des yeux dans le dos, c’est au skieur qui est en dessus de faire attention à ne pas lui rentrer dedans.

4. Dépassement

Le dépassement peut s’effectuer par l’amont ou par l’aval, par la droite ou par la gauche. Cependant, il doit toujours se faire de manière assez large pour prévenir les évolutions de celui que l’on dépasse. Comme quand une voiture dépasse un cycliste, il faut laisser de la marge avec le skieur qu’on dépasse.

5. Au croisement des pistes ou lors d’un départ

Après un arrêt ou à un croisement de pistes, le skieur doit, par un examen de l’amont et de l’aval, s’assurer qu’il peut s’engager sans danger pour autrui et pour lui. Exactement comme lorsqu’on est au volant d’une voiture.

6. Stationnement

Le skieur doit éviter de stationner dans les passages étroits ou sans visibilité. En cas de chute, il doit libérer la piste le plus vite possible. Ne pas faire une pause derrière une bosse par exemple. Parce que si quelqu’un arrive vite, ça peut faire des dégâts.

7. Montée et descente à pied

Le skieur qui est obligé de remonter ou de descendre une piste à pied doit utiliser le bord de la piste en prenant garde que ni lui, ni son matériel, ne soient un danger pour autrui.

8. Respect de l’information, du balisage et de la signalisation

Le skieur doit tenir compte des informations sur les conditions météorologiques, sur l’état des pistes et de la neige. Il doit respecter le balisage et la signalisation.
Ne pas s’engager sur une piste fermée.

9. Assistance

Un skieur témoin ou acteur d’un accident doit prêter assistance, notamment en donnant l’alerte. En cas de besoin, et à la demande des secouristes, il doit se mettre à leur disposition.
Exactement comme dans la vie courante.

10. Identification

Le skieur, témoin ou acteur d’un accident, est tenu de faire connaitre son identité auprès du service de secours et/ou des tiers.

Bonne glisse à tous !