Sur la place, à deux pas de l’église, se dresse la chapelle Saint Roch. Pendant très longtemps le bief qui amenait l’eau au moulin contigu passait juste devant la chapelle ! (On peut encore voir une meule dressée sur le côté). Les niches abritent Saint Roch, Jeanne d’arc et le curé d’Ars (les anciennes statues ont été volées). Cette chapelle est mentionnée lors de la tournée pastorale de 1633. En 1790, un certain Boch avocat à Turin, fait une donation pour que soient célébrées 51 messes par an, soit une chaque vendredi (que redoutait-il pour la communauté et pour lui-même ?). Cette chapelle est encore utilisée de nos jours comme chapelle ardente.

 

Qui était Saint Roch ?

 

Saint Roch est fêté le 16 août. C’est un ermite qui passe son temps en pèlerinages. Souvent associé à Saint Sébastien, Saint Roch est un saint antipesteux. La diffusion de son culte en Savoie se fait à partir du milieu du XVe siècle. Il se répandra rapidement au cours des XVIe et XVIIe siècles, pour disparaître presque totalement au cours du XVIIIe siècle.

 

La peste était une terrible maladie. Ses pandémies ont fait des ravages parmi les populations. Le bacille de Yersin vecteur de la maladie n’a été identifié qu’au XIXe siècle. Le rat était porteur du bacille et la puce, en passant du rat à l’homme, le contaminait. Dans nos communautés de montagnes où sont légion, les colporteurs, muletiers, marchands et contrebandiers… Rien de surprenant à ce que la maladie ait touché régulièrement la communauté. Une puce porteuse du bacille qui sautait dans un revers de manteau et la maladie était là…

Podcast