Afin d’égayer les balades touristiques dans le village cet été, une chasse au trésor est organisée pour les historiens en herbe. Elle se situe sur le parcours des 7 chapelles de Val d’Isère.

 

La chapelle « Notre Dame des neiges » du Joseray domine la vallée du Manchet. Mentionnée dès 1633, d’abord sous le vocable de Saint Michel puis en 1790 sous celui de Notre Dame de la Compassion, elle est aujourd’hui Notre Dame des Neiges. Dans nos montagnes, chaque fois que la Vierge ou Notre Dame est qualifiée « des neiges », elle a pour mission de protéger de la neige soit d’écarter les avalanches. Ici, élevée sur son rocher qui fait office de tourne, Notre Dame veille sur les habitations à ses pieds !

 

Le 5 août, la fête de Notre Dame des neiges, se déroulait une messe dans la chapelle, précédée d’une procession. En mai, la procession du Joseray mettait fin aux Rogations : les Rogations ont pour but d’attirer l’attention divine sur les champs et les récoltes, de les protéger des caprices météorologiques et des insectes. Le cinquième dimanche après Pâques était celui des Rogations qui allait permettre de réaliser le « Grand Tour » : lundi au Fornet, mardi à la Daille. Le mercredi, troisième et dernier des 3 jours de Rogations, la procession quittait l’église tandis que le clerc sonnait les cloches jusqu’à ce que le cortège arrive au Joseray. À chaque croix ou croisée de chemins, la procession s’arrêtait et le curé bénissait les champs. Dans la niche aujourd’hui vide, au-dessus de la porte d’entrée, se trouvait une statue de Saint Michel qui a été volée.

 

La première titulature de cette chapelle était celle de Saint Michel Archange. Les chapelles ou églises dédiées à Saint Michel offrent toujours les mêmes caractéristiques : on les voit de loin car érigées sur un éperon rocheux ou monticule, elles dominent le paysage et rappellent aux humbles créatures qu’à l’heure du trépas, leurs actions seront jugées ! Selon Arnold Von Gennep, Saint Michel était invoqué en Savoie par les bergers et comme protecteur des voyageurs. En de nombreux lieux, à la Saint Michel, les troupeaux quittaient les alpages : c’était la date de la « démontagnée ». La Saint Michel était également une date juridique importante dès le haut Moyen Âge : paiement, renouvellement de contrats. « Dans un grand nombre de communes, c’est à la Saint Michel qu’on payait les services au curé ». Cette chapelle est la plus vaste des chapelles rurales de Val d’Isère et présente une longue nef avec une voûte en berceau terminée par une abside à fond plat sans décoration.