Après avoir été le plus grand domaine skiable relié à obtenir le label Green Globe en 2016, Val d’Isère s’engage dans une logique globale de développement durable commune à tous les acteurs de la station.

 

Flocon vertVal d’Isère se fait actuellement accompagner par l’association Mountain Riders dans l’obtention du label Flocon Vert. Ce label s’inspire des meilleures pratiques en matière de transition environnementale, sociale et économique. Il est délivré en fonction du respect de 20 critères liés au développement durable comprenant, par exemple, le soutien aux initiatives locales, la mobilité douce, le recyclage, la maîtrise de l’énergie ou encore le respect de la biodiversité. Un audit et une analyse des actions environnementales existantes sont en cours pour décrocher le fameux flocon, renouvelable tous les 3 ans.

 

Immersion dans la forêt avec le Village perdu

Inauguré en décembre 2021, le « Village perdu » est une aire de jeu et de détente gratuite en extérieur située à 2000 m d’altitude, au cœur des mélèzes de la forêt des Etroits. En hiver comme été, vous pouvez évoluer au milieu des arbres sur des passerelles suspendues, menant de cabanes en cabanes vers des « nids d’aigle ». L’espace a été pensé de façon durable, en accord et avec l’accompagnement de l’Office National des Forêts et de la Régie des Pistes, sans défricher ni terrasser, avec le mélèze pour seul matériau (provenance Alpes ; permet de garantir la pérennité des installations).

Village perdu

 

Impliquer les skieurs dans la démarche éco-responsable

Les pylônes du télésiège Marmottes, sur le secteur de Bellevarde, servent cette année à la sensibilisation sur l’éco-responsabilité. 10 affiches se succèdent sous forme de test de connaissances pour faire réfléchir sur son propre impact sur l’environnement. On apprend qu’il faut 2 ans à un mégot de cigarette pour se dégrader dans la nature, 200 à 500 ans pour une canette et quelques 4000 années pour une bouteille en verre.

Le réseau de neige de culture 

Avec un des plus performants ateliers de la neige d’Europe, l’investissement est conséquent sur le réseau neige de Val d’Isère. Celui de la piste OK est entièrement remplacé en automne 2019 pour un budget de 1,5 millions d’euros. L’objectif est de réduire la quantité air/eau afin de permettre aux nouveaux enneigeurs de produire davantage en moins de temps. Les enneigeurs à la pointe de la technologie permettent aujourd’hui d’utiliser deux fois moins d’eau pour produire deux fois plus de neige qu’il y a 20 ans.

Energie verte

Depuis 2012 Val d’Isère téléphérique a un contrat d’électricité verte via son fournisseur d’énergie pour alimenter les remontées mécaniques et enneigeurs. En 2021 des panneaux photovoltaïques ont été installés sur la façade de la gare d’arrivée du téléphérique de l’Olympique. En 2022 le projet et d’en installer également sur la toiture pour arriver à une capacité totale de 70 KWh d’électricité.

La nouvelle télécabine de La Daille

Elle optimise le flux des skieurs sur ce secteur : grâce à un débit final de 2 800 personnes par heure pour la seule télécabine, les télésièges et téléskis qui desservaient cette partie du domaine ont pu être supprimés. En résulte une diminution du nombre de pylônes, 40 en moins, qui redonne au secteur de La Daille un visage plus naturel.

Rouler vert

Inodore et incolore le GTL (Gas To Liquids) est biodégradable et plus résistant au froid. Ce carburant alimente depuis 2019 les bus de la station afin de limiter l’empreinte écologique de ce service gratuit. L’objectif pour Val d’Isère Téléphériques et sa filiale Valbus est de passer tous les véhicules au GTL y compris les moteurs thermiques de secours affiliés aux remontées mécaniques dans les prochaines années. En décembre 2021, une navette électrique a été testée sur le circuit du train rouge afin d’analyser le comportement du véhicule dans toutes les conditions météorologiques de 1800 m à 1900 m d’altitude.

L’Observatoire de l’Environnement

Depuis 2015, Val d’Isère Téléphérique dispose d’un programme d’observation de la faune et la flore sur le domaine skiable. Des écologues patrouillent sur le domaine pour identifier toutes les espèces présentes et les zones à préserver. Depuis 2016 avec le Parc National de la Vanoise, la Régie des Pistes et la Mairie de Val d’Isère, Val d’Isère Téléphérique participe à la préservation du tétra-lyre en continuant d’implanter des zones protégées sur les secteurs hors-pistes tels que la forêt du Cairn, le bois du Cognon ou le virage des gardes.

 

Découvrez toutes nos initiatives

 

Faune et Flore